22 novembre 2012

La patrie française à l'heure de la mondialisation

Que reste-t-il du patriotisme en France dans le contexte de la mondialisation? Bien que la réponse à cette question soit mitigée, nombre d'historiens s'accordent pour dire que le patriotisme français a subi depuis quelques décennies un net déclin. Cette dernière s'explique notamment par l'émergence de nouvelles puissances mondiales telles que les États-Unis au détriment des anciennes puissances telles que la France. En conséquence, beaucoup de Français ressentent envers leur pars une certaine nostalgie d'une grandeur déchue. Ils ont quelque peu du mal à assumer le nouveau statut de la France. Ainsi, ils tendent à se référer à un âge d'or idéalisé (les Trente Glorieuse, la Belle Époque, le règne de Louis XIV, le Premier Empire, etc.).

L'historien Pierre Renouvin écrit : « Les fondements de la puissance d'un pays, ce sont la richesse nationale, l'armée et l'opinion, c'est-à-dire une certaine conscience des moyens de la grandeur nationale. En se référant à ces trois grands piliers de la puissance, les Français ont le sentiment que leur pays n'est plus celui qu'il était autrefois. » [1] 

Aux yeux d'une grande partie de la population, la France, qui longtemps se battait contre les forces extérieures afin de conserver son prestige et sa puissance, ne semble plus apte à « combattre » de la sorte. En ce sens, certains perçoivent l'américanisation du monde comme un obstacle à la conservation de la culture française auquel la population du pays ne peut s'opposer. Encore une fois, ce point demeure néanmoins une source de débat en France. 

Par ailleurs, de plus en plus, les Français, particulièrement la jeunesse, tentent de s'identifier à d'anciennes grandes figures nationales. La mémoire historique semble prendre une place encore plus prépondérante dans l'éducation. Les personnages d'actualité, quant à eux, se voient accorder une importance davantage minime. [2]  

En somme, le patriotisme français n'a pas complètement connu une chute. Il a plutôt muté vers un patriotisme historique plutôt qu'un patriotisme actif et actuel. De cette façon, la patrie est toujours un symbole d'identité et de fierté. Cependant, cette patrie est plus celle des ancêtres plutôt que celle que les contemporains souhaitent léguer à leur progéniture. Bref, la société française dépeinte dans La Marseillaise ne semble plus tout à fait d'actualité:

Tremblez, tyrans et vous perfides
L'opprobre de tous les partis
Tremblez! vos projets parricides
Vont enfin recevoir leurs prix!
Tout est soldat pour vous combattre
S'ils tombent, nos jeunes héros
La France en produit de nouveaux,
Contre vous tout prêts à se battre.

Nous entrerons dans la carrière
Quand nos aînés n'y seront plus
Nous y trouverons leur poussière
Et la trace de leurs vertus
Bien moins jaloux de leur survivre
Que de partager leur cercueil
Nous aurons le sublime orgueil
De les venger ou de les suivre!


[1] CABANES, Bruno. « Il n'y a pas de déclin français », L’Histoire, nº 285 (mars 2004), p. 18. 

[2] JOUTARD, Philippe et Jean LECUIR. « Le palmarès de la mémoire nationale », L’Histoire, nº 242 (avril 2000), p. 32. 

Posté par ELEROUZ à 02:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur La patrie française à l'heure de la mondialisation

Nouveau commentaire