01 novembre 2012

De l'idée de patrie découle celle de liberté

Tel que mentionné dans le deuxième billet, lors de la Seconde Guerre mondiale, le peuple français cherchait à se libérer de l'oppression de l'armée allemande qui occupait son territoire. Cette liberté-ci, c'est la liberté au sens politique. Selon Locke, cette liberté consiste notamment à ce que chacun soit exempt de gêne et de violence de la part d'autrui. Par ailleurs, la liberté politique doit être garantie, mais également limitée, par l'État. Or, le peuple doit pouvoir obéir librement à cette autorité, c'est-à-dire que celle-ci doit renforcer et garantir le pouvoir des individus (non pas de façon individuelle, mais plutôt collectivement). Ainsi, le peuple ne souhaite pas se soumettre à une autorité étrangère, à une autorité qui ne défend pas ses idéaux. 

Source: COMTE-SPONVILLE, André. Présentations de la philosophie, Paris, Albin Michel, 2000, 180 p. 

En conséquence, l'occupation allemande en France brime la liberté politique de la population française. En effet, sous le régime de Vichy, en collaboration avec les Allemands, les Résistants se sentent opprimés. Leur pouvoir politique n'est plus protégé par l'État. Ils considèrent que le pouvoir devrait plutôt être aux mains d'une autorité qui, au contraire de cette domination extérieure, défendrait l'honneur de la patrie. En somme, cette dernière ne peut rester intacte si elle est dominée par un autre peuple. 

Posté par ELEROUZ à 00:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur De l'idée de patrie découle celle de liberté

Nouveau commentaire